Théâtre-Musée Dalí. La Collection

Dalí i Domènech, Salvador

La Venus qui sonriu (La Vénus qui sourit)

Date
C.1921
Dimensions
51,5 x 50,3 cm
Technique
Détrempe sur carton
Emplacement
Théâtre-Musée Dalí

Contrebalançant cet ensemble de traits sensuels -plutôt ouvertement sexuels-, le visage souriant de la jeune fille qui "s'offre", de la même façon que "s'offrent" au premier plan des mets (vin, fruits...) en harmonie avec le paysage: une anse sillonnée par deux voiles latines et leurs reflets respectifs. Le tableau -une huile sur carton-, dont la marine en arrière plan relève d'une technique pointilliste que Dalí emploiera fréquemment entre 1921 et 1922, avait probablement été conçu comme une parodie des archétypes féminins chers au Noucentisme. C'est du moins ce que donnent à penser le visage vulgaire de la jeune fille, les seins dressés, les jambes écartées, autant de traits qui, plus qu'une citation en forme d'hommage à Giorgione, évoquent une distorsion sarcastique de ses figures idéalisées. Il y a donc lieu de croire que, plutôt que la Vénus de Giorgione, le modèle de ce nu était la figure inclinée que Joaquim Sunyer avait placée au centre de sa Pastorale, une ouvre des années 1910-11 que l'on tient généralement pour l'une des premières affirmations de l'esthétique noucentista. Du reste, la ressemblance entre les deux figures féminines -celle de Dalí et celle de Sunyer- est frappante. Si c'était le cas, la glose ironique sur l'esthétique et la pensée noucentista s'en trouverait encore renforcée.

© Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2014.

Réserve de droits

Les droits de propriété intellectuelle attachés aux œuvres de Salvador Dalí et, par conséquent, aux œuvres reproduites dans ce site web appartiennent à l’État espagnol et sont cédés en exclusivité à la Fondation Gala-Salvador Dalí.

Conformément à la législation en vigueur en matière de propriété intellectuelle, la reproduction (totale ou partielle), la distribution, la transformation, la communication publique, la mise à disposition interactive, ainsi que tout autre type d’exploitation, par quelque moyen que ce soit, des œuvres contenues dans ce site web, sont rigoureusement interdites.

Toute exploitation des œuvres de Salvador Dalí est assujettie à la nécessité de demander au préalable l’autorisation de VEGAP (91 532 66 32 / 93 201 03 31; www.vegap.es) et d’obtenir la licence correspondante. Toute infraction aux droits de propriété intellectuelle attachés aux œuvres de Salvador Dalí fera l’objet de poursuites conformément à la législation en vigueur.

  • La Venus qui sonriu (La Vénus qui sourit)

    La Venus qui sonriu (La Vénus qui sourit)